Comment avoir confiance en soi et vaincre sa timidité ?

ludovic alpi coach en charisme et confiance en soi

Sommaire de l'article

Savez-vous quelle est la principale clé de la réussite ?

Non, ce n’est pas l’intelligence, les diplômes ni même votre réseau.

Cette clé, c’est tout simplement la confiance en soi !

Alors oui, je sais, c’est un peu bateau comme réponse…

Et pourtant, la vision que vous avez de vous-même conditionne fortement vos actions et vos prises de décisions.

Vous pensez peut-être que vous êtes timide par nature, que vous manquez de confiance et que vous ne pouvez rien y faire.

Eh bien, sachez que c’est totalement faux !

L’estime de soi, c’est un peu comme un muscle :

Il faut la travailler pour la renforcer !

Maintenant, vous ne savez peut-être pas comment vous y prendre et c’est bien normal.

Mais rassurez-vous, car dans cette vidéo nous allons justement voir comment gagner en confiance et vaincre sa timidité !

Introduction

Avant toute chose, permettez-moi de me présenter.

Je suis Ludovic Alpi, coach en charisme et confiance en soi !

Sur cette chaine, mon but est de vous aider à changer votre regard sur vous-même.

Pour cela, mes vidéos seront centrées sur 3 grands axes :

  • Le charisme, 
  • Le leadership,
  • Et le mindset

Dedans, j’aborderai des sujets en lien avec la timidité, la communication, la confiance en soi, le charisme, et plus globalement, le développement personnel.

En me voyant m’exprimer avec aisance devant la caméra, vous pensez peut-être que j’ai toujours été à l’aise avec mon image.

Mais croyez-le ou non, c’est loin d’être le cas !

Par nature, je suis plutôt quelqu’un de timide et d’introverti.

Vous savez, dans toutes les classes, il y a toujours un élève au fond de la salle qui fait tout pour ne pas se faire remarquer de peur que le prof l’interroge…

Bah cet élève, c’était moi !

Et pour tout vous dire, je l’ai assez mal vécu…

Il n’y a rien de pire que de vivre avec cette peur constante du regard des autres, sans jamais pouvoir assumer réellement qui on est.

Heureusement, j’ai réussi à m’en sortir, notamment grâce au développement personnel qui m’a beaucoup aidé dans mon parcours.

Si bien qu’aujourd’hui, j’ai une confiance totale en mes propres capacités, et je n’ai aucun problème à m’exprimer à l’oral.

Tout ça pour dire que je comprends votre situation !

Et cette chaîne a justement pour but de vous aider à changer.

Ici, je compte vous partager les méthodes que j’ai appliquées pour m’en sortir.

Alors, si ça vous intéresse, vous pouvez dès maintenant vous abonner en activant les notifications. 

Je débute sur YouTube donc votre soutien compte beaucoup pour moi.

Et justement, quoi de mieux comme sujet que la confiance en soi pour cette première vidéo ?

Ce sera une thématique récurrente de la chaîne, alors posons les bases dès maintenant.

Tous les conseils que je m’apprête à vous partager sont plus ou moins liés.

Alors, restez bien jusqu’à la fin pour être sûr de les appliquer correctement !

Comment avoir confiance en soi et vaincre sa timidité ?

Si vous êtes ici, c’est surement parce que vous n’êtes pas satisfait de votre quotidien.

Et vous aimeriez bien que ça change, que ce soit dans votre vie professionnelle ou dans vos relations sociales.

Mais vous devez bien comprendre une chose : 

Le monde est ce qu’il est, pour le meilleur et pour le pire.

S’acharner à vouloir le changer ne vous mènera à rien puisque vous n’avez presque aucune emprise dessus.

Pareillement, rejeter la faute sur les autres, quand bien même vous n’êtes pas responsable, ça ne vous aidera pas non plus à avancer.

Ce que vous devez bien comprendre, c’est que pour changer les choses, vous devez d’abord changer vous-même ! 

Alors oui, ça demande du travail et oui, ce n’est pas toujours facile.

Mais cette vidéo est justement là pour vous guider en vous donnant les bons outils.

Et la première chose à laquelle il va falloir s’attaquer, ce sont les croyances limitantes ! 

1. Les croyances limitantes

Ce terme est un peu utilisé à tort et à travers, et tout le monde n’a pas la même définition de ce qu’est une croyance limitante.

Mais pour faire simple, on peut dire que c’est une conviction profonde qui nous empêche d’atteindre notre plein potentiel.

C’est une barrière mentale qui fausse le jugement que nous portons sur nous-mêmes ou bien sur les autres, et qui nous empêche d’avancer.

Ces croyances peuvent être conscientes ou inconscientes.

Et dans ce cas, vous imaginez bien qu’elles sont plus difficiles à identifier…

Elles peuvent se manifester sous la forme de pensées négatives, de doutes persistants ou d’actes de dévalorisation.

Par exemple, si vous vous dites : « cette personne me plait, mais je suis trop nul ou trop moche pour aller l’aborder. » 

Eh bien ça, c’est clairement une croyance limitante !

Autres exemples : 

« Je manque de confiance en moi, donc je ne serai jamais un bon manager. »

« J’aimerais bien me lancer dans telle ou telle activité, mais je suis trop vieux pour ça. »

« Je ne suis pas assez intelligent pour faire des études. »

« Je ne suis pas assez doué pour mériter une promotion. »

Bref, vous avez compris l’idée.

Ce qui est assez vicieux avec les croyances limitantes, c’est qu’elles sont très souvent fausses.

Or, à force de les répéter ou de les entendre dans votre entourage, elles finissent par devenir vraies !

Et ça, c’est parce que nos pensées influencent nos décisions, et nos agissements.

Pour le dire autrement, c’est l’ensemble de nos pensées et de nos croyances qui façonnent la personne que l’on est !

Du coup, si vous vous répétez sans cesse :

« je suis nul, je ne suis pas beau, je ne suis pas intelligent, je ne suis pas doué, je ne vaux rien, je ne mérite pas ça, etc. »

Eh bien tout ça, vous finirez par le refléter, ce qui renforcera encore plus vos convictions négatives.

C’est un véritable cercle vicieux !

Mais alors, qu’est-ce qu’il faut faire dans cette situation ?

C’est quoi la méthode à appliquer ?

En fait, la meilleure solution consiste à remplacer vos croyances limitantes par des pensées positives.

Concrètement, je vous montre ce que ça donne.

Si je reprends mon exemple précédent : 

« Je manque de confiance en moi, donc je ne serai jamais un bon manager »

Un exemple de pensée positive, ça serait : 

« Certes, je manque de confiance en moi. Dans ce cas, je vais travailler sur ce défaut et en apprendre plus sur le management pour gérer efficacement mes équipes. »

En gros, le principe est le suivant :

Plutôt que de voir le mauvais côté des choses et trouver des excuses pour ne pas agir, il faut réussir à changer son point de vue en cherchant des solutions.

La question que vous devez constamment vous poser c’est :

« OK, j’ai tel ou tel problème. 

Du coup, qu’est-ce que je peux faire pour le résoudre ? 

Quelles actions je peux mettre en place ? 

Quelles solutions s’offrent à moi ? »

Ça n’a l’air de rien, mais ce simple déclic, ce petit changement d’état d’esprit, c’est la première étape pour aller de l’avant.

D’ailleurs, c’est aussi la plus difficile, car les croyances limitantes ont la peau dure…

Mais une fois que vous l’aurez franchie, vous serez dans la bonne voie, et la suite du parcours sera beaucoup plus facile !

Pour vous entraîner à la pensée positive, il y a un petit exercice très simple, que vous pourrez faire dès que cette vidéo sera terminée.

Prenez une feuille et un stylo et commencez à lister toutes les croyances limitantes qui vous viennent à l’esprit.

Notez toutes les choses négatives que vous avez l’habitude de vous répéter.

Peu importe que ce soit vrai ou non : écrivez tout ce qui vous passe par la tête. 

Une fois que ce sera fait, le but du jeu sera de trouver un exemple de pensée positive pour chaque croyance limitante que vous aurez notée.

Ensuite, vous devrez mémoriser ces contre-exemples.

À chaque instant vous devrez vous dire :

« Attends, est-ce que j’ai le bon état d’esprit ? 

Est-ce que je ne devrais pas plutôt voir les choses sous cet angle ? »

À force de le répéter, ce travail mental deviendra un automatisme.

Et à ce moment, vous pourrez déjà voir des changements notables dans votre comportement.

Mais, ce n’est pas suffisant…

Malheureusement, la confiance en soi ne se gagne pas aussi facilement.

Pour cela, vous devrez également travailler sur un autre point clé : votre communication !

Et c’est justement ce que nous allons voir ensemble !

2. La communication

S’il y a bien une chose que les timides détestent, c’est prendre la parole en public.

Vous avez peut-être un souvenir horrible de quand vous deviez présenter un exposé oral devant toute la classe ou bien diriger une réunion au travail.

Mais assez paradoxalement, ce qui fait le plus peur aux timides, c’est aussi le meilleur remède à leur problème.

Pour bien comprendre ça, on peut faire un parallèle avec le sport.

Certaines personnes sont timides et introverties par nature, alors que d’autres sont très à l’aise dans leurs relations sociales.

En sport, c’est un peu pareil.

Certaines personnes sont naturellement plus douées pour les activités physiques que d’autres.

Malheureusement, il y a une part d’inné là-dedans, et on n’y peut rien…

Par contre, c’est une erreur de croire qu’il s’agit d’une fatalité contre laquelle on ne peut pas lutter.

Même une personne qui, de base, n’est pas très douée en sport, peut exceller dans un domaine si elle s’en donne les moyens.

Alors oui, cela lui demandera plus d’efforts, plus de rigueur et plus de discipline, mais c’est loin d’être impossible.

Eh bien, pour la timidité c’est exactement la même chose ! 

L’aisance à l’oral, c’est un muscle qui se travaille et qui se renforce.

Du coup, ce n’est pas parce que vous êtes timide par nature que vous devez esquiver les discussions et les prises de parole.

Au contraire, vous devez voir ça comme une chance de vous améliorer et de combattre cette timidité maladive qui vous pourrit la vie.

Bon, je sais bien que c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire.

Mais si ça peut vous rassurer, personne n’est jamais mort en prenant la parole en public [rire].

Dans tous les cas, à un moment ou à un autre, vous devrez sortir de votre zone de confort.

Vous devrez vous « forcer » entre guillemets à affronter des situations dans lesquelles vous n’êtes pas à l’aise, plutôt que de les fuir à tout prix.

Attention, je ne vous dis d’aller au tableau dès qu’une occasion se présente si vous êtes étudiant ni d’aller aborder des inconnus dans la rue !

Vous devrez plutôt vous fixer des petits objectifs comme :

  • Participer au moins deux fois en cours cette semaine
  • Allez parler à ce collègue avec qui je n’ai jamais fait connaissance.
  • Engager la discussion avec une personne que je ne connais pas en soirée.

Vous voyez, ce sont des choses toutes bêtes au final.

Et pourtant chacun de ses petits accomplissements vous fera gagner en estime de vous-même et en aisance avec les autres.

Progressivement, vous serez de plus en plus à l’aise dans vos interactions sociales et vous pourrez vous fixer des objectifs plus ambitieux.

Mais pour faire en sorte que les autres vous écoutent et acceptent de discuter avec vous, vous devrez également leur donner envie d’avoir cette conversation.

Pour cela, vous devrez travailler sur 2 points essentiels, à savoir, la communication verbale et non verbale.

La communication verbale, c’est tout simplement votre manière de dire les choses.

Votre timbre de voix, votre intonation, votre élocution, etc.

Pour avoir l’air plus charismatique, il faudra éviter de marmonner dans votre barbe.

Au contraire, parlez avec une voix audible, n’ayez pas peur de vous faire entendre.

Vous avez des choses intéressantes à dire, alors faites-le comprendre à votre interlocuteur par votre voix !

Aussi, vous devrez travailler sur vos tics de langage.

Vous savez, les petites expressions parasites comme « genre », « en fait, « du coup », etc.

Non seulement c’est assez désagréable pour celui qui vous écoute, mais ça montre également que vous manquez de confiance dans vos propos.

Pour ce qui est de la communication non verbale, il s’agit en fait de toute la gestuelle qui entoure vos phrases.

Les mouvements de main, la posture, les expressions du visage…

Tout ça, c’est de la communication non verbale !

Et croyez-moi, celle-ci est très importante dans l’impact qu’elle donne à vos propos.

Une astuce simple pour améliorer sa communication non verbale, c’est de regarder la personne à qui on s’adresse dans les yeux.

Si vous regardez par terre, à côté ou que vous avez le regard fuyant, ça montre que vous n’êtes pas impliqué dans la conversation.

Et naturellement, votre interlocuteur n’aura pas envie de vous écouter.

Il est également important de se tenir droit et d’avoir la tête haute lorsqu’on communique.

Vous ne devez pas non plus avoir les bras croisés.

Vos mains doivent être libres et visibles pour souligner vos propos.

Bref, il y a énormément de choses à dire sur la communication et son impact sur le charisme.

Donc si ça vous intéresse d’en savoir plus, n’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Je ferai peut-être une vidéo complète à ce sujet !

Pour l’instant, nous avons déjà vu pas mal de choses pour améliorer l’estime de soi et combattre la timidité.

Mais je ne vous ai pas encore parlé du plus important.

Alors, passons à la suite sans plus attendre !

 

Repousser progressivement ses limites

Avec l’exemple de la communication, nous avons vu qu’il est important de sortir de sa zone de confort.

Autrement dit, il est nécessaire de se confronter à des situations qui nous mettent mal à l’aise.

En répétant cet exercice, on se rend compte que finalement, ça n’a rien d’insurmontable et que nous aussi, on est capable d’y arriver.

Mais le piège dans lequel il ne faut pas tomber, c’est de trop s’éloigner de sa zone de confort.

Je m’explique !

Si je reprends mon exemple de la prise de parole en public, il y a des situations qui seront bénéfiques pour vaincre sa timidité et d’autres qui, au contraire, seront complètement contre-productives.

Par exemple, présenter un exposé en groupe devant un jury de 3 personnes, c’est plutôt une situation bénéfique.

Vous n’êtes pas seul et vous n’êtes pas non plus face à une foule d’inconnus.

En revanche, si on vous demande d’animer une conférence seule, dans une salle que vous ne connaissez pas, avec des dizaines de personnes devant vous et sans que vous ayez le temps de vous préparer, là, on court à la catastrophe…

En fait, on peut diviser les situations en 4 sections :

  1. La zone de confort : celle de notre routine quotidienne
  2. La zone de peur : celle qui représente nos peurs, nos doutes et nos angoisses.
  3. La zone d’apprentissage : La zone dans laquelle on entre une fois que l’on a surmonté nos peurs. 
  4. La zone de danger : Là c’est quand on est allé trop loin et qu’on a trop chamboulé son quotidien. 

Une fois dans cette zone, on n’est plus dans une dynamique d’apprentissage ou de stimulation positive, mais plutôt dans une zone de panique qui génère un stress beaucoup trop important.

Ainsi, quand je parle de repousser progressivement ses limites, je parle de s’éloigner petit à petit de la première zone.

C’est assez logique au final : vous n’allez pas courir un marathon alors que vous avez commencé la course à pied il y a deux semaines…

Eh bien, pour développer votre confiance, vous devez suivre la même logique.

Ne vous fixez pas des objectifs démesurés et trop ambitieux.

C’est le meilleur moyen de se démotiver et d’échouer à les atteindre.

À la place, faites plutôt la chose suivante.

Partez de votre objectif final, par exemple : « perdre 10 kilos »

 

Puis, plutôt que de vous dire : « je dois perdre 10 kilos », dites-vous plutôt : « mon objectif est de perdre 2 kilos tous les mois pendant 5 mois ».

Ainsi, la tâche vous semblera beaucoup plus simple à réaliser et vous ne serez pas démotivé avant même d’avoir commencé.

Encore mieux, chaque objectif atteint vous fera gagner en confiance et vous motivera à poursuivre vos efforts !

Bref, c’est un véritable cercle vertueux qui se mettra en place.

En repoussant progressivement vos limites, vous serez alors capable d’aller bien plus loin qu’en vous fixant des objectifs trop éloignés dès le départ.

Pour le moment, vous n’avez pas encore conscience de votre potentiel et de vos capacités.

Mais pas à pas, challenge après challenge, vous irez beaucoup plus loin que vous ne l’auriez espéré.

Et avec les prochaines vidéos que je vais publier, je compte bien vous accompagner dans ce parcours !

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Conclusion

Voilà donc ce que j’avais à vous dire au sujet de la confiance en soi.

J’espère que ces quelques conseils vous permettront de progresser et de commencer à changer votre état d’esprit.

Si vous avez aimé cette vidéo, vous pouvez également la liker, la partager et me poser toutes vos questions en commentaire.

Je me ferai un plaisir d’y répondre !

Et si vous êtes encore là, ça montre que vous êtes motivé et prêt à faire les efforts nécessaires.

Donc pour vous remercier, j’aimerais vous faire un petit cadeau…

En allant dans la description de cette vidéo, vous trouverez un lien vers un petit test que j’ai préparé spécialement pour vous.

Ce test vous aidera à découvrir votre potentiel charismatique.

C’est très rapide, donc n’hésitez pas à jeter un œil !

Sur ce, n’oubliez pas de vous abonner et je vous dis à très bientôt pour une prochaine vidéo.

Merci à vous et surtout restez positifs : ce n’est que le début de l’aventure ! 

Sur ce, je vous dis à très bientôt !

À propos de l'auteur

ludovic alpi coach en charisme et confiance en soi

Ludovic Alpi

Coach en charisme, expert dans les dans les domaines de la confiance en soi, de la communication verbal et non verbal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *