Comment devenir plus charismatique : les secrets des leaders inspirants !

ludovic alpi coach en charisme et confiance en soi

Sommaire de l'article

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se cache derrière ces individus magnétiques ? Ces orateurs qui, lorsqu’ils parlent, font que le reste du monde retient son souffle, happé par leurs paroles. Comme si une aura magique les entourait, captivant l’attention de tous.

En comparaison, il semble que vous deviez déployer des trésors d’énergie pour recevoir ne serait-ce qu’un soupçon de cette attention précieuse. C’est un sentiment qui peut paraître exaspérant, n’est-ce pas ?

Cependant, rassurez-vous : cette séduction verbale, cette maîtrise de l’attention qui semble innée chez certains, n’est pas hors de votre portée…

Et vous vous demandez comment ?

Eh bien, c’est justement ce que nous allons voir dans cette vidéo ! 

Introduction

Bonjour à tous, moi, c’est Ludovic Alpi, coach en charisme et confiance en soi.

Je suis très heureux de vous retrouver pour cette nouvelle vidéo !

Aujourd’hui, nous allons découvrir ensemble les secrets des leaders inspirants.

Pour le dire autrement, comment font les personnes charismatiques pour captiver les foules à chacun de leurs discours ?

Quelles sont les choses qui font qu’on a plus tendance à les écouter eux, plutôt qu’un autre ?

Tout ça bien sûr, afin que vous puissiez, vous aussi, développer cette compétence, et surtout, votre charisme !

Mais avant ça, je vous invite à vous abonner à la chaine si ce n’est pas déjà fait.

Ça ne coûte rien et ça aide énormément au référencement.

En plus, vous découvrirez plein d’excellents conseils pour booster votre charisme, améliorer votre éloquence, parfaire votre communication et vaincre votre timidité.

Bref, tout ce qu’il faut pour être sûr de soi et affronter sereinement les épreuves de la vie !

Ah oui, et pensez à bien activer les notifications en cliquant sur la petite cloche.

Voilà, maintenant que cela est dit, rentrons dans le vif du sujet.

Découvrons ces fameux secrets qui sont à la base du leadership et du charisme…

Les secrets des leaders inspirants !

Les caractéristiques d'un leader charismatique :

Avant toute chose, il est important de comprendre ce qu’est le charisme.

Au moins comme ça, tout sera bien clair.

Pour faire simple, il s’agit d’un trait de personnalité qui se caractérise par la capacité à influencer et inspirer les autres. 

Une personne charismatique dégage une sorte de magnétisme qui attire les gens vers elle et les incite à la suivre. 

Elle est perçue comme étant confiante, convaincante et persuasive

En prime, la confiance dégagée par les individus charismatiques est communicative.

Ces derniers suscitent l’enthousiasme chez les autres et sont donc vus comme des leaders.

On dit souvent que c’est une qualité innée, mais il est également possible de la travailler.

D’ailleurs, j’en suis la preuve vivante, parce qu’à la base, j’étais quelqu’un de timide qui n’osait pas s’affirmer.

Mais aujourd’hui, je n’ai plus du tout ce problème !

Maintenant, si dans vos relations sociales et professionnelles, vous avez besoin de développer votre leadership, vous devrez, vous aussi, travailler sur vous-même pour développer votre charisme.

Et cela nécessite d’acquérir plusieurs qualités.

Chez les leaders charismatiques ont retrouve toujours un peu les mêmes traits de caractère.

Notamment : l’empathie, la confiance, la résilience, la vision d’ensemble, ou encore la persévérance.

Prenez l’exemple de Martin Luther King.

Dans son fameux discours « I have a dream », on comprend immédiatement que c’est un homme avec une vision.

Il établit clairement ses ambitions et montre qu’il est prêt à tout pour défendre ses idéaux.

Et ce, au travers d’un simple discours !

Cela montre également sa résilience, la confiance qu’il a en lui-même et en ses partisans.

En tant que leader, il faut être un peu visionnaire, mais il faut aussi montrer qu’on est prêt à rester debout pour soi comme pour les autres.

En nous voyant, les autres doivent se dire :

« Ça, c’est quelqu’un qui a un but précis en tête. »

« Ça, c’est une personne que je peux suivre et qui saura m’apporter le soutien nécessaire ».

Vous voyez l’idée ?

Mais les discours de MLK reflètent également l’empathie.

Il connait et ressent les souffrances des personnes à qui il s’adresse.

Et plutôt que de s’apitoyer sur son sort, il arrive avec le message suivant :

« Écoutez-moi tous. Je comprends vos douleurs, votre peine et le sentiment d’injustice que vous éprouvez.

Je sais que ce n’est pas facile…

Mais ayez confiance en moi, car j’ai une solution !

Ensemble, nous allons nous battre pour nos droits et faire entendre notre parole.

Nous lutterons jusqu’à obtenir l’égalité.

Mais pour cela, j’ai besoin de votre aide et de votre soutien ».

Et c’est justement ça la grande force de l’empathie.

C’est savoir se mettre à la place des autres pour comprendre ce qu’ils ressentent, afin de trouver la meilleure solution à leur problème.

En d’autres termes, un bon leader sait rentrer dans la tête de son interlocuteur.

Mais il ne laisse pas ses sentiments l’aveugler, ce qui lui permet de trouver des solutions concrètes et efficaces pour surmonter les obstacles qui lui barrent la route.

La vision, la détermination, l’ambition, la confiance…

Toutes ces qualités, on les retrouve également chez les grands entrepreneurs.

Prenez Elon Musk par exemple.

Vous pensez que Tesla domine le marché des voitures électriques grâce à l’innovation ?

Certainement pas !

Si c’était quelqu’un d’autre à la tête de l’entreprise, elle perdrait immédiatement de sa valeur.

Pour la simple et bonne raison qu’Elon Musk à une capacité hors du commun à communiquer sur sa vision et à générer un fort engouement autour de ses projets.

Quand on le voit, on se dit : « avec une personne pareille à la tête de l’entreprise, la boite ne peut pas flancher ».

Une des grandes forces d’Elon Musk, c’est que sa propre confiance en lui déteint sur les investisseurs et sur les acheteurs.

C’était un peu la même chose pour Steeve Jobs à l’époque où il était le PDG d’Apple.

Comment développer les traits de personnalité d’un leader

Bien, à présent, voyons concrètement comment développer les traits de personnalité d’un leader.

Quelles sont les actions concrètes que vous pouvez mettre en place pour devenir plus charismatique.

La première chose que vous pouvez faire, c’est vous entrainer à trouver des solutions, plutôt que des excuses.

Je m’explique.

Imaginons que vous et vos collègues, vous soyez confrontés à un problème inédit.

Par exemple : « le service des achats à oublié de commander telle pièce, du coup la production est bloquée, comment on fait ? »

Eh bien, plutôt que de râler, de vous plaindre et d’adopter une attitude défaitiste, voyez plutôt le verre à moitié plein !

Garder un état d’esprit positif est une incroyable source de motivation pour ceux qui vous entourent.

Si vous avez un problème et qu’une personne arrive en vous disant : 

« Je comprends ton problème, je sais ce que tu traverses, mais ne t’inquiètes pas, j’ai une solution ! »

Tout de suite, vous allez écouter ce qu’elle a à dire.

Si je reprends mon exemple, la bonne attitude à adopter serait :

« Ok, la production est bloquée, mais c’est pas grave. Voilà ce qu’on peut faire :

  • Nathalie, tu vas passer un coup de fil au service achat pour qu’il commande la pièce en urgence. 
  • Pierre, tu vas contacter le client pour l’informer d’un potentiel retard sur les délais de livraison.
  • Marc, essaye de calmer le jeu avec le directeur de projet.
  • Moi, je vais voir avec les opérateurs s’ils peuvent prendre de l’avance sur une autre étape de la production. »

Je peux vous assurer que si vous faites ça, vos collègues vous regarderont avec de grands yeux et s’exécuteront rapidement.

Bon après, je ne vous dis pas non plus de jouer au petit chef…

Il faut évidemment respecter votre hiérarchie.

Mais l’idée à faire passer c’est : « j’ai compris le problème, et voici les solutions. »

À force de garder l’esprit clair, et d’apporter des directives dans les moments difficiles, votre entourage vous considérera comme une personne de confiance, sur qui on peut compter en cas de problèmes.

Les gens seront aussi plus enclins à vous demander votre avis, signe qu’ils vous accordent de l’importance.

Maintenant, si cet exercice vous parait difficile, commencez par faire ce travail sur vous-même.

Face à vos problèmes personnels, ne soyez jamais pessimistes.

Ayez le réflexe de chercher des solutions et ne vous trouvez plus d’excuses.

Non seulement vous développerez une qualité précieuse, mais vous aurez également plus confiance en vous-même.

Vous serez capable de faire face à chaque difficulté plus sereinement.

Un bon leader, c’est aussi une personne à l’écoute qui favorise le travail d’équipe.

Typiquement, un mauvais manager en entreprise, c’est quelqu’un qui ne fait qu’aboyer des ordres sans tenir compte des retours de ses équipes.

Mais un bon manager, c’est une personne à l’écoute des autres.

C’est quelqu’un qui prend en considération les problèmes des gens sous sa responsabilité.

Cela ne veut pas dire qu’il faut dire « oui » à tout.

Mais simplement que vous devez accorder de l’importance à l’opinion de chacun pour ensuite statuer sur les meilleures décisions à prendre.

Et pour ça, vous devez également faire preuve d’empathie.

Attention, il ne faut pas confondre empathie et sympathie.

La sympathie, c’est quand on ressent et qu’on exprime les mêmes émotions qu’une personne.

Par exemple, votre interlocuteur rigole, vous riez aussi.

Il pleure, vous êtes triste avec lui.

Il est en colère, vous l’êtes également.

Si vous faites ça, vous serez peut-être plus apprécié, mais vous ne serez jamais perçu comme un leader.

Pour ça, vous devez être empathique !

C’est-à-dire que vous devez comprendre les émotions des autres, mais ne pas les laisser vous envahir.

Vous gardez ainsi l’esprit lucide, et vous trouvez les meilleures solutions pour aider votre interlocuteur.

Imaginons qu’un collègue soit en colère, car il s’est pris la tête avec un client.

Plutôt que de vous énerver à votre tour en vous acharnant sur le client, demandez-vous plutôt comment vous pouvez le calmer : 

« T’inquiète pas Marc, je m’en occupe. Je vais appeler le client pour mettre les choses au clair. »

Et là, comme par magie, vous désamorcez la situation tout en imposant le respect !

Une autre qualité essentielle pour un bon meneur, dont je n’ai pas encore parlé jusqu’à présent, c’est la communication.

Alors, parlons-en !

Soyez bien attentifs, car c’est vraiment quelque chose d’essentiel pour gagner à la fois en charisme et en assurance.

La communication verbale et non verbale

Vous ne le savez peut-être pas, mais il existe 3 types de communication orale : 

  1. La communication verbale
  2. La communication para-verbale
  3. Et la communication non-verbale

Là, vous vous dites peut-être : « mais Ludovic, c’est quoi ce charabia ? »

Pas de panique, je vais vous expliquer !

La communication verbale, c’est tout simplement ce que vous dites, les mots que vous prononcez, le niveau de langue que vous adoptez.

La communication para-verbale, c’est la manière dont vous allez prononcer ces phrases : 

Volume de la voix, débit de parole, élocution, ton employé, timbre de voix, etc.

Enfin, la communication non-verbale, ce sont vos mimiques faciales, votre gestuelle et votre posture.

C’est un peu la communication du corps si vous préférez.

Et là, ce que je vais dire va peut-être vous surprendre, mais l’impact du message n’est pas le même pour chacune de ces 3 composantes.

On estime que la communication non-verbale joue un rôle dans la transmission d’un message à hauteur de 7 %.

Pour le para-verbal, c’est 38 %.

Et pour le non-verbal, c’est 55 % !

Qu’est-ce que ça veut dire concrètement ?

Eh bien, ça veut dire que préparer un discours parfait sur le papier, avec de belles tournures de phrases, des métaphores, des figures de style, etc.

Ça ne sert à rien si votre communication para-verbale et non-verbale n’est pas au top.

Par exemple, si vous aviez été à la place de MLK lors de ses discours ou à la place de Steeve Jobs au lancement du premier iPhone, l’histoire ne se souviendrait surement pas de vous.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’en communication la forme compte plus que le fond !

Maintenant, pour vous aider à améliorer votre communication, je vais vous donner des astuces simples, mais ô combien efficaces !

Déjà pour ce qui est de la communication verbale, sachez qu’il est beaucoup plus simple d’expliquer les choses en s’appuyant sur des images et des exemples que sur de longs discours barbants.

Donc si vous préparez une présentation orale par exemple, pensez à introduire des images, des métaphores, des analogies…

Bref, toutes les choses qui rendent votre message plus marquant et plus compréhensible.

Regardez Steeve Jobs, lorsqu’il a présenté l’iPod en 2001.

Il n’a pas dit : « ce baladeur MP3 possède une capacité de stockage de 5 Go pour une impédance de je sais pas quoi. »

Non !

Il a simplement dit : « L’iPod, 1000 chansons dans votre poche ! »

Et la phrase est restée !

Aussi, je dois vous parler de l’importance du storytelling.

C’est tout simplement l’art de raconter des histoires.

Et pour ça, je vais m’appuyer sur les fables de Jean de Lafontaine.

Cet écrivain aurait très bien pu expliquer les morales de ses fables de manière plus académique, avec de longues thèses philosophiques ennuyeuses.

Mais à la place, il a préféré raconter de courtes histoires que n’importe qui peut comprendre.

Si bien qu’aujourd’hui, ses écrits sont encore enseignés et pris en exemple dans les manuels scolaires.

Là j’ai pris le cas de textes, mais ça marche tout aussi bien à l’oral.

Par exemple, en Afrique, les tribus avaient pour coutumes de transmettre le savoir des anciens par le biais de comptes et d’histoires qui se racontaient au coin du feu.

C’était un moyen simple d’enseigner et de capter l’attention de tous en l’absence de support écrit.

Les histoires sont également plus facilement mémorisables que les longs discours.

Bon après, je suis d’accord que ça ne s’applique pas dans tous les cas de figure.

Je sais qu’en entreprise, on doit respecter certaines normes de communication.

Mais dans des contextes moins formels ou pour un pitch de vente, si vous racontez une bonne histoire, vous pouvez être sûr qu’on vous écoutera attentivement.

Après, il faudra également jouer sur votre voix, votre articulation et votre éloquence.

Et pour ça, pas le choix, il faut s’entrainer.

S’entrainer à parler à l’oral.

S’entrainer à parler devant ses proches pour éviter le stress.

S’entrainer à parler devant le miroir.

Vous devez voir l’éloquence comme un muscle qui se travaille et se renforce à mesure qu’on le sollicite.

Vous pouvez également prendre des cours de théâtre, mais je sais bien que ce n’est pas toujours évident.

Je vais donc vous donner 3 astuces toutes bêtes, pour améliorer votre expression orale.

La première, c’est tout simplement de parler fort !

Il ne s’agit pas de crier, mais simplement d’avoir une voix qui porte afin que tout le monde puisse vous entendre sans avoir à tendre l’oreille.

Si vous marmonnez dans votre barbe, vous envoyer le message suivant : 

« Ce que j’ai à dire n’est pas intéressant, ne m’écoutez pas ! »

C’est peut-être faux, mais c’est l’image que ça donne.

Ensuite, la deuxième astuce consiste à coincer un stylo entre vos dents avant de lire un texte à voix haute.

Cette contrainte va vous forcer à articuler davantage et vous permettra de travailler votre élocution.

Vous pouvez faire ce petit exercice pendant 10 minutes tous les jours par exemple.

Ce n’est pas très contraignant, et à force de le répéter, vous verrez que vous serez beaucoup à l’aise au niveau de votre articulation.

Chaque syllabe sera clairement prononcée, et ça, croyez-moi, ça change radicalement l’image de votre communication !

Enfin, la dernière astuce consiste à se filmer en train de réciter un speech ou une présentation orale.

Là, vous travaillerez à la fois sur votre communication para-verbale et non-verbale.

Vous pourrez ainsi voir clairement les défauts de votre communication qui ne vous apparaissent pas lorsque vous êtes dans le feu de l’action.

Vous saurez alors plus facilement ce qu’il faut améliorer.

Enfin, derniers conseils avant de passer à la suite, parlons un peu de la communication non-verbale.

Étant donné que c’est la plus importante des 3, il est impératif de la travailler pour développer son charisme.

Et la première étape consiste à se tenir droit, avec la tête haute, les épaules relevées et le torse légèrement bombé.

En adoptant cette posture, vous montrez à votre audience que vous êtes quelqu’un de solide, qui a confiance en lui, sans même prononcer le moindre mot.

Dire « j’ai confiance en moi » ne suffit pas ! 

Il faut le montrer au travers de sa gestuelle.

Se tenir droit permet également d’avoir plus facilement une voix qui porte, donc l’avantage est double.

Ensuite, vous ne devez pas fuir le regard de vos interlocuteurs.

S’il s’agit d’une seule personne, regardez-la dans les yeux.

C’est un signe que vous sollicitez son attention et qu’elle doit vous écouter.

Il ne faut pas non plus la fixer du regard à chaque instant sinon, elle se sentira gênée. 

Mais dès que vous sentez que son attention se dissipe, hop, vous lui lancez un regard et vous le soutenez quelques secondes.

S’il s’agit d’un groupe de personnes, votre regard doit se poser d’un individu à l’autre pour que chacun se sente pris à partie.

La pire chose à faire serait de regarder vos pieds.

Donc si vous avez cette mauvaise habitude, vous devrez vous entrainer à soutenir les regards.

Aussi, éviter tous les mouvements parasites, les tics et les gestes de stress.

Par exemple, se frotter les mains, se balancer à droite à gauche, toucher ses cheveux, remonter son pantalon, etc.

Ça, c’est niet !

Pareil pour les bras croisés.

C’est un geste de fermeture, qui marque une opposition.

Vous pouvez croiser les bras dans certains cas pour montrer votre désaccord, mais les garder croisés tout le temps signifie que vous n’êtes pas ouvert au dialogue.

Les mains ne doivent pas non plus être dans les poches. 

Elles doivent vous servir à appuyer vos propos.

Chaque idée doit être accompagnée d’un geste.

Vous devez faire des signes de mains, adopter des expressions faciales, bouger… 

Bref, vous devez faire vivre votre parole par votre gestuelle.

Il y a encore d’autres points sur lesquels vous pouvez travailler.

Mais si vous maitrisez déjà tout ça, je vous assure que personne ne vous ignorera !

À présent, il est temps de parler d’une dernière chose qui me semble essentielle.

C’est vraiment la base pour développer son charisme et devenir une source d’inspiration pour les autres.

Alors, tendez bien l’oreille…

La confiance en soi et la capacité à prendre des décisions

Un leader, c’est une personne que l’on a envie d’écouter et de suivre.

Là-dessus, je pense que vous êtes d’accord.

C’est aussi une personne en qui on peut avoir confiance.

Or, pour placer sa confiance en quelqu’un, il faut déjà que ce quelqu’un ait confiance en lui, vous ne croyez pas ? 

C’est un peu la même chose en amour.

On dit souvent que pour être aimé, il faut d’abord s’aimer soi-même.

Ainsi, la confiance en soi est vraiment l’une des clés pour quiconque souhaite endosser le rôle de leader.

À ce propos, je vous invite à visionner ma précédente vidéo sur : « comment avoir confiance en soi et vaincre sa timidité » si ce n’est pas déjà fait.

Dedans, je vous partage mes meilleurs conseils pour gagner en estime de soi et en assurance.

Cela dit, la confiance en ses propres capacités est aussi un atout nécessaire dans la prise de décision.

Un bon meneur d’hommes, c’est une personne capable de dire : 

« C’est comme ça qu’il faut agir et pas autrement ! »

Surtout dans les moments difficiles…

Et fatalement, c’est aussi une personne capable d’endosser les responsabilités de ses prises de décisions.

Car si les autres placent leur confiance en vous et en votre jugement, ils s’attendent aussi à ce que vous preniez sur vous les responsabilités de vos choix.

C’est là toute la difficulté de la chose !

On ne peut pas être un bon leader si on est incapable de prendre des décisions compliquées et les responsabilités qui vont avec.

En général, tout le monde préfère confier ce rôle à quelqu’un d’autre.

C’est toujours plus confortable de dire : « moi je n’y suis pour rien, je ne fais que suivre les directives d’un tel ou d’un tel. »

Du coup, pour améliorer votre capacité à prendre des décisions, commencez par appliquer cet exercice à vous-même.

Osez prendre des décisions qui n’engagent que vous et assumez-en seul les conséquences.

Je vous donne un exemple très simple : 

« Aujourd’hui, j’assume de porter une tenue extravagante, mais j’assume aussi les critiques et les remarques sans m’énerver. »

Ou encore : 

« Je fais le choix d’acheter le dernier iPhone, mais j’assume de ne pas aller au restaurant durant un mois ou deux. Et si j’y vais, je refuse qu’on m’invite. »

Si vous adoptez cette mentalité où vous devez assumer les conséquences de vos choix, vous serez tout de suite beaucoup plus réfléchi dans vos prises de décisions.

Et quand le moment viendra de choisir la bonne directive pour un groupe de personnes, vous ferez plus facilement les meilleurs choix, mais surtout, vous aurez les épaules assez larges pour encaisser le poids des responsabilités.

En faisant cela, vous travaillerez également votre résilience.

C’est-à-dire, votre capacité à surmonter les obstacles et à vous relever après un échec.

Une autre qualité indispensable pour un leader !

Car gardez bien en tête qu’un bon meneur n’est pas une personne qui n’échoue jamais ou qui ne fait pas d’erreur.

C’est avant tout une personne qui sait tirer des leçons et se remettre en question pour mieux agir par la suite.

Un leader sait admettre quand il a tort.

Du coup, si vous commettez une faute, dites-le clairement aux personnes directement concernées.

Contrairement à ce que vous pouvez croire, vous ne perdrez pas de valeur à leurs yeux, du moins, pas autant qu’en cherchant vous dissimuler.

En plus, vous conserverez également le lien de confiance qui vous unit.

A nouveau, ce n’est pas grave de se tromper, du moment que l’on admet ses torts et que l’on prend sur soi les responsabilités qui vont avec.

Conclusion

Et voilà, vous savez à présent quels sont les secrets du leadership ! 

J’espère vous avoir convaincu que malgré la part d’innée, il est toujours possible de travailler cette qualité.

Mais pour ça, il faut avoir la bonne mentalité et surtout, les bonnes méthodes !

Si vous avez aimé cette vidéo, vous pouvez également la liker, la partager et me poser toutes vos questions en commentaire.

Je me ferai un plaisir d’y répondre !

Et si vous êtes encore là, ça montre que vous êtes motivé et prêt à faire les efforts nécessaires.

Donc pour vous remercier, j’aimerais vous faire un petit cadeau…

En allant dans la description de cette vidéo, vous trouverez un lien vers un petit test que j’ai préparé spécialement pour vous.

Ce test vous aidera à découvrir votre potentiel charismatique.

C’est très rapide, donc n’hésitez pas à jeter un œil !

Sur ce, n’oubliez pas de vous abonner et je vous dis à très bientôt pour une prochaine vidéo.

Merci à vous et surtout restez positifs : ce n’est que le début de l’aventure ! 

À propos de l'auteur

ludovic alpi coach en charisme et confiance en soi

Ludovic Alpi

Coach en charisme, expert dans les dans les domaines de la confiance en soi, de la communication verbal et non verbal.

art oratoire
Communication
Ludovic - Coach

Tout savoir sur l’art oratoire

L’art oratoire, une compétence ancestrale devenue indispensable dans notre monde moderne, offre le pouvoir de persuader, inspirer et captiver. Cet article explore ses origines, ses

Lire la suite »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *